Véhicules autonomes de livraison, solutions énergétiques, magasins mobiles autonomes, serrures connectées et consignes partagées étaient les invités du dernier CES de Las Vegas. Rêve ou réalité, le CES nous montre que le dernier kilomètre est au cœur des préoccupations technologiques.

Le garage connecté, mais aussi la consigne partagée d’immeuble, permet de répondre à un besoin : livrer le destinataire en son absence.

Le CES de La Vegas, qui vient tout juste de s’achever, a révélé de nombreuses innovations concernant le dernier kilomètre.

Les modèles de véhicules autonomes de livraison préfigurent comment sera réalisé le dernier kilomètre dans les prochaines décennies. Présent pour la première fois sur le CES, l’e-marchand chinois JD.com a exposé sa « smart delivery station », véhicule autonome de livraison constitué de 30 casiers automatiques. Ces petits véhicules sont en test dans 2 villes chinoises. Ils sont chargés dans l’entrepôt et effectuent seuls leur tournée de livraison. Ils s’arrêtent devant le point de livraison et le consommateur, averti par SMS, récupère son colis dans le casier. Autre innovation, l’ouverture peut se faire par reconnaissance faciale.

Ford, en partenariat avec la plateforme de livraison américaine Postmates, a présenté un véhicule autonome de livraison sur un concept assez proche, mais une forme plus traditionnelle, ce véhicule étant dérivé du modèle Transit. Ford a prévu de proposer ce véhicule sur le marché dès 2021.

Le magasin mobile était aussi à l’honneur sur le CES. Panasonic a conçu un véhicule autonome, le SPACe_C, avec une fonction de magasin de produits frais. Il se déplace vers les clients qui peuvent prélever les produits et faire leurs achats.

Le CES est aussi l’occasion de présenter de nouvelles solutions énergétiques. L’hydrogène était cette année présent au travers de nombreux projets. Le constructeur américain Paccar, en partenariat avec Toyota, a présenté un modèle de poids-lourd électrique fonctionnant à l’hydrogène. Pour répondre aux besoins d’alimentation en hydrogène des véhicules, la start-up française Ataway a présenté des petites stations-services permettant l’alimentation en énergie sur des sites isolés.

Si les navettes autonomes de personnes sont maintenant progressivement déployées, leur déclinaison en véhicule de livraison est plus complexe, du fait des « derniers mètres ». S’arrêter à un emplacement prévu n’est pas toujours suffisant, il faut aussi livrer le colis au destinataire. Le groupe Continental a présenté sur le CES des petits droides de la forme de chiens, donc dotés de 4 pattes, qui sont conçus pour pouvoir livrer les colis en sortie d’un véhicule autonome. Ils remplacent alors totalement l’humain en charge de la livraison. Le droide est capable de se déplacer, de porter un colis, de monter des marches d’escalier et de déposer le colis sans l’endommager.

Autre volet du dernier kilomètre, celui de l’accessibilité.  L’ère des robots-coursiers est encore proche de la science-fiction et connaîtra des étapes intermédiaires. L’une d’entre elles est de permettre au livreur de rentrer en toute sécurité dans l’univers privé du destinataire. Pas moins d’une douzaine de serrures connectées couplées à des caméras ont été présentées au CES. La société française Netatmo, filiale de Legrand, a proposé sa solution de « smart video doorbell ». Amazon, qui déploie des solutions de livraison dans l’univers privé des destinataires via son service Amazon Key, a présenté une solution de garage connecté, qui permet à un livreur, en l’absence du destinataire, d’ouvrir le garage et d’y déposer le colis. Le destinataire est averti et peut surveiller le livreur à distance, mais aussi vérifier la fermeture de son garage. Cette solution est mise en œuvre dans 37 villes des Etats-Unis. Amazon fait le constat que la livraison à l’intérieur du logement se heurte à de nombreux freins psychologiques, plus faciles à lever pour ce qui concerne un espace annexe que constitue le garage.

L’absence du destinataire lors de la livraison peut aussi être gérée par des consignes partagées dans les immeubles. Decayeux a présenté sur le CES la consigne MyColisBox, dotée de l’application Walter. Ce modèle de consigne partagée est déjà en place dans des résidences d’étudiants et est proposée par des promoteurs immobiliers, comme Cogedim.

Au-delà des technologies d’intelligence artificielle, de reconnaissance faciale, des imprimantes 3D, ou de lidar, le CES a plus que jamais présenté des solutions en lien avec le client final et ses besoins.

La technologie n’a de sens que si elle correspond à un besoin. Pour ce qui concerne le dernier kilomètre, il s’agit de livrer le client, avec plus de services et plus de précision, mais aussi de façon plus propre.