Plus de digitalisation, mais aussi plus de technologie et d’innovation. La livraison du dernier kilomètre était présente dans les allées du Sirha 2019 au travers de nombreuses start-ups. Le commerce de proximité et la restauration commerciale intègrent plus que jamais les dernières solutions en lien avec le consommateur.

« Au Sirha 2019, la foodtech est plus que jamais tech ! »

La 19ème édition du Sirha, le rendez-vous mondial de la restauration et de l’hôtellerie, vient de s’achever. 3000 exposants et pas moins de 200 000 visiteurs ont participé à ce rendez-vous incontournable de l’alimentation.

Les orientations du salon 2019, autour de l’innovation, de l’international et de l’environnement font de la livraison du dernier kilomètre un sujet incontournable. Les tendances de la restauration ont laissé la place à des émergences et des influences. Parmi les émergences présentes apparaissent l’esprit de responsabilité croissante du consommateur face à l’alimentation, mais aussi le plaisir culinaire et l’équilibre dans les choix de produits consommés. Les influences sont nombreuses, comme le locavorisme ou le flexitarisme, mais aussi le mieux-être que représentent les moments de restauration hors domicile.

L’étude sur les livraisons de repas, réalisée par NPD Group et présentée au Sirha, nous apprend que ce secteur a connu une croissance de 20% en 2018. Fait étonnant et souvent omis, la livraison commence très tôt le matin. En effet, 17% des commandes concernent le petit-déjeuner.

Une aubaine pour les commerçants, boulangers et restaurateurs de proximité, à condition de disposer des bons outils informatiques et des solutions de livraison.

C’est à cette problématique que répondent plusieurs solutions digitales à destination des commerçants de proximité (boulangeries, boucheries, etc.) leur permettant de piloter les livraisons à domicile, mais aussi le click & collect et la e-réservation. Un compte client est créé et téléchargé en tickets restaurants, monnaie ou reliée à une carte bancaire. Le consommateur peut réserver son sandwich et se le faire livrer ou venir le retirer sans faire la queue dans le magasin.

Cela permet de mieux gérer les flux, mais aussi d’étendre la zone de chalandise et de répondre aux attentes des consommateurs les plus jeunes. Chaque commerce de proximité peut alors devenir un drive piéton.

Le Sirha nous a aussi montré que la foodtech est de plus en plus « tech ». La livraison des repas se heurte à des risques de dégradation des produits. Les industriels ont fait le choix de s’adapter à ces nouveaux modes de consommation. Ainsi, McCain a présenté ses nouvelles frites « Staycrisp », qui feront probablement fureur auprès des petits et des grands. Ces frites enrobées permettent de rester plus chaudes, plus croustillantes, pendant plus longtemps… Cet exemple montre que la livraison du dernier kilomètre peut amener les industriels à modifier leurs produits.

Les innovations digitales s’intéressent à tous les secteurs même aux plus traditionnels. C’est le cas du secteur des produits de la mer. L’application Procsea met en relation les pêcheurs et mareyeurs avec les professionnels de la filière produits de la mer, en développant les circuits courts. La place de marché en ligne valorise le savoir-faire des petits pêcheurs, mareyeurs locaux auprès des professionnels.

La logistique concerne aussi le fonctionnement des restaurants. Rien de plus désagréable pour un consommateur que de commander un plat et d’apprendre qu’il n’est plus disponible. Pour palier à ces ruptures de stock, la société Tasty Cloud propose le menu sur tablette. Ne s’affichent que les plats réellement disponibles. De nombreuses informations, photos et autres idées permettent de guider le consommateur. Avec cette solution, le restaurant devient un entrepôt et la carte du jour un terminal relié au stock disponible. La supply chain entre dans la restauration commerciale !

Les émergences et influences sont également présentes dans les solutions techniques de livraison présentées sur le salon. Vélocargos et véhicules électriques adaptées aux contraintes de transport de produits sous température dirigée, groupes frigorifiques moins bruyants et plus propres, livraison en horaires décalés. La logistique de la restauration fait sa révolution et s’adapte aux contraintes réglementaires des centres villes.

Gageons que le consommateur, avide de plus de services et de plus de facilité, saura, dans ses choix, privilégier l’équilibre environnemental et social !