Le rendez-vous mondial de la mobilité durable Movin’on a proposé cette année une version digitale de l’évènement. Keynotes et webinars ponctuaient cette convention, qui s’est conclue par un pitch international de start-ups. Comme l’an passé, la livraison du dernier kilomètre était au cœur des débats.

L’évènement Movin’on 2020 s’est déroulé en deux parties. Le mercredi 3 Juin a donné lieu à une série de conférences autour du transport durable de marchandises et notamment le dernier kilomètre. La convention virtuelle s’est achevée le jeudi 4 Juin sur le Start-up challenge, qui a désigné 5 gagnants parmi 42 participants, autour d’un jury notamment composé de Bertrand Piccard (premier homme avec Brian Jones à avoir fait le tour du mon en ballon en 1999) et de Karima Delli (Politique française, membre du parti Europe Eoclogie Les Verts).

Les initiatives collectives motrices de l’accélération du transport durable

La première conférence de la convention a porté sur les véhicules zéro-émissions : quels sont les freins à leur développement afin qu’ils deviennent la norme dans la livraison urbaine ? Une première réflexion a porté sur la manière dont les entreprises peuvent progressivement intégrer ces véhicules dans leur flotte. Tout d’abord, les attentes sont positives sur la croissance du marché des véhicules électriques, notamment pour le segment des véhicules utilitaires urbains. Pour s’adapter aux besoins spécifiques, les fabricants et leurs clients ont l’opportunité de co-créer leurs modèles. Afin d’encourager les constructeurs à fabriquer des véhicules électriques et ainsi à élargir l’offre disponible, les réglementations sur les livraisons vertes et les incitations sont indispensables. Se fixer des objectifs pour les technologies les plus abouties et travailler ensemble sur des territoires reconnus sont des éléments clés pour accélérer la transition énergétique. Les intervenants ont également rappelé que le rôle des pouvoirs publics est fondamental : les objectifs publics de zéro-émissions sur le long terme sont clés, tout comme la mise en place de Zones à Faibles Emissions dans les grandes métropoles. Enfin, la baisse des coûts des camions électriques et des infrastructures de charge est nécessaire pour permettre un déploiement à grande échelle.

36% de véhicules de livraison supplémentaires en 2025

Le cabinet Accenture est intervenu dans une seconde conférence, qui portait sur « comment collectivement repenser les opérations de la livraison du dernier kilomètre et l’expérience pour le bien commun ? ». Brody Buhler, directeur général de la division courrier et colis, a rappelé qu’une hausse de 52% du e-commerce à l’échelle mondiale a été enregistrée pendant la crise du COVID-19. Cette situation pourrait durer des mois, voire plus longtemps, ce qui impose aux magasins et aux prestataires logistiques et de livraison du dernier kilomètre de se réinventer. Ainsi, le click & collect a augmenté de 83% aux Etats-Unis, et de 35% au Royaume-Uni. Accenture pense que la transition vers le e-commerce va continuer. Une analyse sur 54 pays permet de prévoir 160% de croissance des achats e-commerce grâce à des utilisateurs nouveaux ou à faible fréquence. Depuis la fin du confinement, la fréquentation des magasins physiques reste très faible, notamment à cause des mesures sanitaires qui entravent l’expérience d’achat. Accenture prévoit que 45% des consommateurs continueront à avoir recours à la livraison à domicile. Le cabinet estime que d’ici la fin de l’année, 50% de l’ensemble des livraisons seront locales, menant alors à une transformation complète des supply chains du retail. Enfin, considérant l’actuelle croissance du e-commerce, Accenture prévoit qu’il y aura 36% de véhicules de livraison supplémentaires dans les villes d’ici 2025.

Pour Brody Buhler, utiliser plus de véhicules de livraison vertueux est une impérieuse nécessité en ville. De nombreuses expériences innovantes sont menées dans le monde, et des start-ups tentent de réinventer la logistique urbaine. La consolidation des flux de livraison et la professionnalisation constituent plus que jamais une solution pour contenir cette transformation des flux.

Le Start-up challenge : énergie électrique et cyclologistique en première ligne

Pendant les 2 heures d’évènement, 10 startups ont pitché sous forme de duels selon 5 catégories : préserver les ressources, construire un nouveau modèle global d’efficience du transport, la mobilité multimodale, la mobilité sécurisée et accessible, et enfin le réchauffement climatique et la pollution de l’air.

Parmi les lauréats, nous découvrons Addionics, une start-up israélienne qui, grâce à un design de batterie électrique innovant, réduit le temps de chargement de 50%. Cette solution peut s’appliquer à l’automobile et aux véhicules de livraison, à la micro-mobilité, ainsi qu’à tout équipement pourvu d’une batterie électrique. Elle permet d’augmenter la durée de vie des batteries tout en les rendant plus productives.

Nous retenons aussi la jeune pousse ONO, qui a déjà séduit le marché de la livraison du dernier kilomètre en Allemagne en concevant un vélocargo ergonomique et fonctionnel. Le design innovant de ce véhicule de livraison électrique à 3 roues a été co-développé avec leurs clients. L’aménagement de l’espace de chargement ainsi que la protection avant du véhicule améliorent les conditions de travail du livreur. La caisse de chargement est amovible, permettant de mettre en place de nouveaux modèles de livraison. ONO prévoit de construire 200 véhicules d’ici les 6 à 8 prochaines mois.

Crédit photo : https://onomotion.com/press/

Très proche d’être gagnant dans cette même catégorie, la start-up ebikes4Africa développe des vélocargos et des installations solaires de charge des batteries adaptées au contexte périurbain et rural des pays africains.